Sport et diabète, unis pour le meilleur

16/05/2015 - 13:16

Non, les personnes souffrant de diabète ne doivent pas vivre en recluses ! Oui, elles peuvent avoir une vie active ! Elles peuvent même faire du sport  Download the full buzz song! Et c’est même fortement conseillé, à condition toutefois que le diabète soit bien équilibré.

Pour bien comprendre le principe, il convient de s’arrêter sur ce qui se passe dans l’organisme lors d’une activité physique 간단한 이력서 양식 다운로드. Lorsque l’on fait du sport, quel qu’il soit, le corps a besoin d’énergie. Cette énergie, il va aller la chercher dans les réserves en graisses qui se trouvent dans les tissus adipeux ainsi que dans les glucides stockés dans les muscles et le foie et dans ceux qu’apporte l’alimentation Download Sketchup 8. Les glucides, ce sont les différents sucres et amidons qui vont être transformés en glucose. Grâce à l’insuline produite par le pancréas, le glucose sanguin va pouvoir entrer dans les cellules où il sera utilisé comme carburant Download Pokemon Omega Ruby. Au début de l’effort et quand l’exercice est pratiqué à faible intensité, l’énergie provient essentiellement des graisses et peu des glucides 캐치마인드 모바일. Plus l’intensité et/ou la durée de l’effort augmentent, plus l’utilisation des graisses va diminuer et plus la consommation des glucides va augmenter microsoft visual c++ 2010 다운로드. Quand un effort dure longtemps, les réserves vont s’épuiser, c’est alors que les glucides doivent être apportés par l’alimentation.

Dans le cas du diabète de type 2, l’activité physique est considérée comme un traitement à part entière 홍진영 부기맨. En effet, ce type de diabète est dit insulino-résistant, ce qui signifie que les cellules résistent à l’action de l’insuline et que l’excès de sucre dans le sang n’est pas absorbé 보스베이비2 다운로드. En outre, les personnes qui en sont atteintes souffrent souvent de surpoids. La pratique d’une activité physique régulière va permettre de jouer sur les deux tableaux : d’une part, en diminuant la résistance à l’insuline (car le sport favorise l’utilisation du glucose par les tissus) et, d’autre part, en aidant au contrôle du poids : la masse musculaire va augmenter au détriment de la masse graisseuse (la mauvaise graisse) Download Harry Potter Death Castle. Les bénéfices corollaires sont également loin d’être négligeables : les risques cardiovasculaires seront réduits, le taux de glycémie diminuera et ce sera tout bénéfice pour la forme physique et le mental 트로트.

Grâce aux évolutions dans le traitement du diabète, à une bonne information et à son expérience personnelle, la personne qui présente un diabète de type 1 peut envisager la pratique de sports, même de haut niveau.
De même, la pratique d’une activité physique régulière permettra aux personnes présentant des prédispositions au diabète d’en retarder l’apparition. Attention, on parle bien ici d’activité physique régulière. Elle devra être pratiquée au moins trois fois par semaine. Alors, autant choisir une activité qui procure du plaisir, tienne compte des possibilités physiques et s’intègre au mieux dans le quotidien pour pouvoir la pratiquer à long terme.

S’il est une chose contre laquelle il convient de se prémunir lorsque l’on souffre de diabète, c’est bien l’hypoglycémie (forte baisse du taux de sucre dans le sang) et la pratique d’un sport ne déroge pas à la règle. Ses différents symptômes (transpiration (sueurs froides), faim impérieuse, tremblements et comportement inhabituel) font qu’elle n’est pas toujours ressentie car certains signes peuvent être confondus avec l’activité physique elle-même. C’est la raison pour laquelle il est toujours conseillé aux personnes diabétiques de prévoir une collation pour se ‘resucrer’ et, s’ils suivent un traitement hypoglycémiant, de se tester avant (éventuellement pendant) et après l’effort. En cas d’activité de moins d’une heure, les collations ne sont généralement pas nécessaires. Par contre, en cas d’exercice prolongé, il faudra veiller à prendre des collations glucidiques de manière régulière ainsi qu’à s’hydrater correctement. En général, on conseillera des activités physiques progressives et prolongées afin de favoriser l’endurance plutôt que la performance. Parallèlement, les sports solitaires seront à éviter par mesure de précaution en cas de malaise.

Véronique Van den Bossche

Conseillère en nutrition